Le Président Philippe Rapeneau est décédé : la nouvelle est tombée en cette fin de juillet, semant en pleines vacances la tristesse et le désarroi parmi nous tous. Elle nous atteint tous car les politiques de la Communauté Urbaine d’Arras ont une répercussion sur toute la Région et parce que le Président Philippe Rapeneau était le Vice-Président de la Région Hauts-de-France. Mais elle nous touche tous aussi parce qu’il était doté des qualités humaines essentielles : l’écoute et la proximité, le respect et le dynamisme.

Tout le monde a pu le constater, Philippe Rapeneau aimait le dialogue. Le marché du samedi était pour lui l’occasion d’innombrables rencontres. Il ne les fuyait pas, prenait le temps d’écouter chacun, entre deux achats chez le poissonnier et le marchand de légumes. Militants, opposants ou simples citoyens, tous aimaient le saluer, échanger, lui parler avec franchise, sans détours, parce qu’il était un homme qui comprenait et même appréciait la diversité des hommes et des situations.

Son engagement politique était clair : il aimait taquiner ses opposants mais ses choix, à l’image du Président de Région, ne souffraient pas de compromissions ou d’ambiguïtés. Peut-être parce que son goût du dialogue avec tous était incompatible avec les positions trop extrêmes de quelques-uns.

Son dynamisme, et son engagement enfin : chacun le sait, il était homme de passion et de projets. Car les deux sont inséparables. Il avait fait venir Jeremy Rifkin et rempli la salle du gouverneur autour de son envie d’engager la Communauté Urbaine d’Arras dans la Transition, Énergétique et Écologique… Celle qui touche à tous les domaines de notre société et de ses modes de vies, marquée dans le marbre dans un exemplaire Contrat de Transition Écologique, en cours de finalisation.

Philippe Rapeneau aimait et soutenait les CPIE des Hauts-de-France : il les défendait « becs et ongles », et avait permis la signature d’un contrat de projets et d’orientations avec la Région, marquant ainsi l’intérêt que nos 7 structures et 80 salariés portent aux initiatives et à l’éducation à l’environnement. Il devait venir à la rentrée prendre le café avec nous, avant une réunion de cette belle Union Régionale des CPIE que nous sommes en train de construire, dans sa diversité d’opinions, de méthodes et d’actions qu’il aurait tant aimé. Nous n’en avons pas eu le temps. Le destin est parfois cruel.

Cher Président, pour tout ceci nous ne t’oublierons jamais. Nous exprimons toute notre sympathie à ta famille et à tes nombreux amis. Respect et tristesse, cher Philippe. Sois remercié pour ton travail. Repose en paix.

  

Philippe Druon

Président du CPIE Villes de l’Artois,

Président de l’Union Régionale des CPIE Hauts-de-France.